Vaccins et remboursements, mode d’emploi


Les vaccins sont un moyen indispensable permettant de préserver à notre bonne santé. Leur diffusion et leur remboursement permettent également d’éviter d’importants phénomènes de contagion et, par conséquent, d’épidémies, pour la sauvegarde de la santé publique. En France, les maladies considérées comme les plus dangereuses à échelle mondiale font l’objet d’une vaccination obligatoire, prise en charge par la sécurité sociale. A partir du moment où ils sont gratuits, vous n’avez donc aucune excuse pour ne pas mettre à jour vos vaccins et ceux de vos enfants… mais tous les vaccins sont-ils concernés par les remboursements de la caisse d’assurance maladie. Si oui, dans quelles mesures ?

Les critères pris en compte pour le remboursement des vaccins

Pour qu’un vaccin soit pris en charge par la sécurité sociale, il doit être reconnu comme obligatoire ou, du moins, fortement recommandé par le ministère de la Santé. Mais son taux de remboursement variera tantôt en fonction de l’âge du patient, tantôt en fonction de son état de santé, certaines populations étant considérées comme davantage à risque que d’autres en cas de maladie infectieuse. Par exemple, le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) est intégralement remboursé aux enfants et adolescents entre 1 et 18 ans, tandis que les personnes âgées, les femmes enceintes ou les malades souffrant de déficience immunitaire bénéficient d’un remboursement intégral, chaque année. Par contre, si vous partez pour l’Afrique et devez, en vue de ce voyage, vous faire vacciner contre la fièvre jaune, un risque de contagion qui dépend uniquement de vos exigences personnelles de déplacement, vous ne serez pas remboursé, bien que contraint à effectuer le vaccin.

Et en ce qui concerne l’injection du vaccin ?

Votre vaccin une fois acheté, vous devez ensuite vous le faire injecter, ce qui implique la prise d’un rendez-vous chez votre médecin traitant. Aux yeux de la sécurité sociale, l’injection d’un vaccin est considérée comme une consultation médicale normale, et est donc remboursée selon les mêmes critères, c’est-à-dire à la hauteur de 70%. Le vaccin vous a été prescrit par ordonnance et c’est une infirmière qui viendra vous le faire à domicile ? Votre caisse d’assurance maladie couvrira 60% des honoraires de cette dernière. Vous souffrez d’une pathologie répertoriée parmi les affections dites de longue durée ? Renseignez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie : dans votre cas, la plupart des vaccinations sont considérées comme indispensables et font donc l’objet d’un remboursement intégral non seulement du vaccin, mais aussi de son injection.