En quoi consiste le mi-temps thérapeutique ?


Suite à un arrêt de travail pour cause de maladie, un salarié peut – sous prescription médicale et en accord avec le service médical de sa Caisse Primaire d’Assurance Maladie – envisager une reprise du travail à temps partiel. Dans ce cas, il est possible de maintenir le versement des indemnités journalières. Selon les situations, elles sont versées en intégralité ou en partie. Reprendre le travail partiellement est possible uniquement dans certaines conditions : lorsque le salarié a contracté une maladie indemnisée par la sécurité sociale, suite à une maladie professionnelle ou après un accident du travail.

Quel est le montant des indemnités journalières pendant un mi-temps thérapeutique ?

C’est votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie qui décide du montant de vos indemnités journalières, y compris en cas de reprise du travail à temps partiel. Sauf dans quelques cas exceptionnels, le montant ne peut pas excéder le salaire mensuel normal des salariés dans la même catégorie professionnelle. De plus, la durée de versement des indemnités journalières est obligatoirement inférieure à 12 mois, sauf dans les cas où cette durée n’est pas applicable à une maladie professionnelle ou à un accident du travail.

Comment procéder pour reprendre le travail à temps partiel ?

Avant d’envisager un mi-temps thérapeutique, vous devez obtenir une prescription de votre médecin, comportant le pourcentage d’activité envisagé – par rapport à un temps complet. Les volets 1 et 2 du document rempli par le médecin sont à retourner à l’Assurance Maladie. Le volet 3 revient à l’employeur. Par la suite, le salarié doit demander une attestation à son employeur avec le montant de sa rémunération. La prescription médicale et l’attestation de l’employeur doivent être remises à votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Enfin, l’employeur inscrit le salarié à une visite médicale de reprise, opérée par la médecine du travail.