Tout ce qu’il faut savoir pour déclarer son médecin traitant


Depuis quelques années, en France, le parcours de soins coordonnés implique le choix et la déclaration d’un médecin traitant de référence, qui devra être automatiquement consulté en cas de souci de santé et constitue un passage obligatoire en vue de consulter un spécialiste. C’est en effet votre médecin traitant, selon la pathologie dont vous souffrez et en fonction d’un premier examen, qui devra vous orienter, si besoin est, vers le confrère le mieux approprié à vous dispenser les soins dont vous avez besoin. Le respect de ce parcours de soins est obligatoire, sous peine de devoir renoncer aux indemnités versées par la sécurité sociale.

Quel médecin traitant choisir ?

Aucune contrainte, cependant, ne conditionne le choix de votre médecin traitant : ni géographique (libre à vous d’élire un praticien exerçant dans une autre région, même si cela risque de compromettre sa disponibilité à votre égard…), ni professionnelles (vous pouvez aussi bien élire un spécialiste qu’un généraliste), ni même liées à un domaine d’activité précis (clinique, hôpital ou cabinet privé). A vous de choisir, en fonction, bien évidemment, du professionnel en qui vous avez le plus confiance, et son accessibilité. D’autre part, pouvez aussi bien jeter votre dévolu sur un médecin conventionné, que sur un spécialiste pratiquant des honoraires libres. L’essentiel étant d’obtenir son accord afin de pouvoir entreprendre les démarches nécessaires pour le déclarer.

Comment le déclarer ?

Que vous ayez opté pour votre médecin de famille ou le spécialiste qui vous traite pour une pathologie particulière, vous devrez déclarer votre médecin traitant auprès de votre caisse d’assurance maladie, en vous présentant personnellement au guichet ou en effectuant votre démarche en ligne. Dans ce dernier cas, cependant, vous devez avoir pris contact au préalable avec le professionnel en question, et lui avoir présenté votre carte vitale. Rappelez-vous que la déclaration d’un médecin traitant est nominative, c’est-à-dire que vous êtes tenu de désigner un praticien en particulier, et non un cabinet médical où exercent plusieurs médecins. Dans ce dernier cas, cependant, au cas où votre médecin traitant habituel serait absent et où vous seriez pris en charge par l’un de ses confrères, vos frais seraient tout de même pris en charge par la sécurité sociale.