Parmi toutes les méthodes pour arrêter de fumer, quelles sont celles que la CPAM rembourse ?


La Sécurité Sociale peut vous aider à financer l’arrêt du tabac : certaines cures anti-tabac peuvent ainsi être remboursées. En effet, il existe, en France, des centres gratuits permettant une prise en charge totale des frais de désintoxication (qu’ils soient liés au tabac, à la drogue ou encore à l’alcool). Dans certains cas, les séances d’hypnose peuvent également être prises en charge. En effet, si la séance est réalisée par un médecin conventionné, généraliste ou psychiatre hypnothérapeute, la consultation de base à 23 € est remboursée à hauteur de 70 % — sachant que la complémentaire santé assure généralement le remboursement de la somme restante.

Les substituts nicotiniques sont-ils remboursés par la Sécurité Sociale ?

Dans le cadre de l’arrêt de la cigarette, les frais de désintoxication sont parfois élevés pour l’individu. S’il opte pour des substituts nicotiniques comme le patch ou la gomme, il peut obtenir une couverture des frais allant jusqu’à 50 € par année civile. La somme prise en charge est de 150 € pour les assurés sociaux relevant de la CMU complémentaire, les patients en Affection Longue Durée cancer, les jeunes de 20 à 30 ans et les femmes enceintes.

Comment se faire rembourser quand on utilise des méthodes non conventionnelles pour arrêter de fumer ?

Pour arrêter de fumer, certaines personnes préfèrent avoir recours à des pratiques moins reconnues comme l’acupuncture ou l’homéopathie. Ces méthodes douces conviennent parfois à des profils plus sensibles, ne désirant pas utiliser des substituts nicotiniques à outrance. Elles peuvent également être utilisées en complément des patchs. Dans tous les cas, l’homéopathie et l’acupuncture ne font pas partie des éléments remboursés par la Sécurité Sociale. En revanche, plusieurs complémentaires santé proposent de financer ce genre de pratiques. N’hésitez pas à contacter la vôtre afin de savoir ce qu’elle peut vous proposer pour votre sevrage tabagique.