Que faire de la carte vitale d’un proche décédé ?


Quelles sont les formalités à effectuer auprès de la CPAM suite au décès d’un proche ?

L’Assurance Maladie a simplifié dans la mesure du possible les démarches relatives à la gestion de la carte vitale en cas de décès. Cela a été effectué dans le but d’aider les familles dans une telle période difficile. Quoi qu’il en soit, avant tout, il sera nécessaire de demander à la mairie un extrait de l’acte de décès. Mais pour éviter les pertes de temps, il est recommandé d’en demander plusieurs. D’autant plus que d’autres organismes en auront besoin. Une fois cette pièce prête, vous devez l’envoyer à la caisse primaire d’assurance maladie avec la carte vitale du proche décédé.

Comment continuer à profiter des couvertures de la carte vitale après un décès ?

En réalité, ce renvoi de la carte vitale à la CPAM n’est à effectuer que par les couples qui en disposent de deux. Afin de continuer à profiter de vos droits, il est nécessaire que vous gardiez la carte du défunt pendant un certain temps. Et en attendant, vous aurez seulement à envoyer une copie de celle-ci à l’Assurance Maladie. En effet, en tant qu’ayant droit, vous serez couvert pendant 1 an après la date du décès de l’assuré. Durant cette période, les fiches de soins seront toujours établies au nom du chef de famille et avec son numéro de sécurité sociale.

Quand envoyer la carte vitale du défunt ?

Il est bien de préciser que les démarches précitées ne sont pas à faire au moment de la disparition du conjoint. Mais l’idéal c’est d’y procéder dans un délai de 1 mois à compter de la date du décès. Normalement, la conjointe (si elle n’est pas une assurée sociale) et ses enfants pourront profiter des prestations de la CPAM dans une période de 12 mois. Cette durée peut toutefois être prolongée jusqu’à ce que le dernier enfant ait atteint l’âge de 3 ans.