Dans quels cas l’augmentation mammaire par prothèses est-elle remboursée ?


Subir une intervention chirurgicale en vue d’augmenter le volume de sa poitrine peut, dans certains cas, être un acte remboursé à 100 % par la sécurité sociale. Concrètement, pour obtenir une prise en charge de la pose d’une prothèse mammaire, il faut avoir un bonnet inférieur à A – autrement dit, une absence totale ou quasi-totale de tissu mammaire. Généralement, la patiente doit consulter un médecin-conseil de la sécurité sociale. Cette démarche permet de valider le besoin réel d’une chirurgie mammaire.

Que faire pour se faire rembourser sa chirurgie mammaire ?

Pour avoir la certitude que votre augmentation mammaire par prothèses sera prise en charge par la sécurité sociale, il est indispensable, dans un premier temps, de contacter votre CPAM. Un conseiller vous donnera toutes les informations nécessaires pour constituer un dossier de prise en charge : les médecins à consulter, les pièces à fournir et un rendez-vous avec le médecin-conseil de la caisse d’Assurance Maladie. Après un cancer, le remboursement de la prothèse par la sécurité sociale est de 100 %.

Quels frais restent à la charge du patient pour une pose de prothèse mammaire ?

Le plus souvent, la pose d’une prothèse mammaire n’est pas totalement gratuite pour la patiente : il reste une partie des frais médicaux à sa charge. Par exemple, si votre chirurgien est conventionné secteur 2, il peut pratiquer des dépassements d’honoraires qui ne seront pas remboursés par la sécurité sociale. Cependant, la plupart du temps, les mutuelles assurent le financement de ces honoraires complémentaires. Votre mutuelle peut également couvrir certains frais annexes d’hospitalisation – comme le choix d’une chambre individuelle. À noter que si vous vous rendez dans une clinique ou un hôpital pratiquant le tiers payant, vous n’avez aucune avance de frais à envisager.