Accident de travail : qui paye ?


Vous avez été victime d’un accident de travail et vous vous demandez qui va payer, étant donné que vous êtes désormais dans l’incapacité (momentanée ou, malheureusement, permanente) de reprendre vos activités professionnelles ? Surtout, étant donné que vous ne pouvez plus travailler, qui va vous verser votre salaire ? Enfin, qui va prendre en charge les frais médicaux liés à votre nouvel état de santé ? En d’autres termes, dans le cadre d’un accident de travail, sur qui pouvez-vous compter pour compenser à la fois la perte de vos revenus et les dépenses médicales dont le montant, dans certains cas, peut s’élever à plusieurs milliers d’euros ?

Les indemnités suite à un accident de travail

En effet, si certains accidents de travail sont parfaitement bénins et ne supposent que quelques jours d’arrêt, d’autres, au contraire, compromettent gravement la poursuite de l’activité professionnelle, parfois pour quelques semaines seulement, mais parfois aussi à vie. Aux soucis liés, donc, à son état de santé, s’ajoute l’inquiétude à la perspective de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, pour une durée indéterminée. C’est pourquoi l’Etat prévoit, pour tout salarié victime d’un accident survenu à l’occasion de l’exercice de son activité professionnelle, le versement d’indemnités correspondant à 60% du salaire de la personne concernée lors du premier mois d’arrêt, et de 80% pendant les mois suivants. En cas d’incapacité définitive à reprendre vos fonctions, vous toucherez une indemnisation à vie, sous forme de forfait ou encore de rente viagère.

La CPAM

Selon le secteur dans lequel vous travaillez, et le contrat collectif de travail correspondant, votre employeur pourra être amené à continuer à vous verser une partie de votre salaire, dans des proportions et pour un laps de temps donnés, et sous certaines conditions (vous devez pouvoir justifier de plus d’un an d’ancienneté dans l’entreprise, être pris en charge par la sécurité sociale et vous faire soigner en France, ou dans un pays de l’union européenne). Indépendamment de ces indemnités, vous serez quoi qu’il en soit pris en charge par la CPAM, sous la forme d’indemnités journalières correspondant au pourcentage de votre salaire cité plus haut (60% pendant les 28 premiers jours et 80% à partir du 29e jour).

Sécurité sociale et mutuelle santé

En ce qui concerne vos soins de santé, ils seront pris en charge presque intégralement par la sécurité sociale, sur présentation d’une feuille d’accident de travail dûment remplie par l’employeur, qui atteste de l’état de fait. Votre assurance personnelle ou mutuelle complémentaire couvrira les frais annexes.