Accident de travail et indemnisations : comment les obtenir ?


On qualifie d’accident de travail une maladie ou, le plus souvent, une blessure, contractée sur le lieu où la personne concernée exerce sa profession. Etant donné la difficulté, pour certains travailleurs (comme par exemple les commerciaux, souvent en déplacement), à définir précisément ce dernier, la législation française considère comme accident du travail tout accident survenant « à l’occasion du travail », et surtout « en quelque lieu que ce soit ». C’est ainsi que si vous avez un accrochage avec votre voiture en vous rendant à votre bureau, ou en livrant des colis pour le compte de votre patron, l’épisode sera considéré comme un accident de travail (ou plutôt, pour reprendre les taermes exacts de la loi, de parcours) et vous aurez droit à des indemnisations qui serviront à couvrir la période où vous serez professionnellement inactif.

A combien s’élève l’indemnisation dans le cadre d’un accident de travail ?

Le montant des indemnisations versées dans le cadre d’un accident de travail est calculé par la sécurité sociale sur la base de votre salaire quotidien, en fonction de votre dernière fiche de paie. Les indemnisations, cependant, varieront en fonction du nombre de jours d’arrêt que vous aura prescrits votre médecin : pendant les 28 premiers jours, en effet, vous toucherez environ 60% de votre salaire, tandis qu’à partir du 29e jour, vous en toucherez 80%. Vous avez été grièvement blessé et allez devoir vous arrêter pendant plus de trois mois ? Les indemnités pourront faire l’objet d’une revalorisation, à partir d’une demande de votre part, à faire personnellement auprès de votre CPAM.

Pendant combien de temps toucherai-je des indemnités ?

Selon la gravité de l’accident, vous devrez peut-être rester immobilisé pendant des semaines, voire des mois. Il se peut même, malheureusement, que votre état s’aggrave au fil du temps au lieu de s’améliorer. Dans tous les cas, vous êtes protégé par la loi, qui prévoit le versement des indemnisations de travail pendant une durée indéterminée, depuis le premier jour de votre incapacité à travailler jusqu’à votre totale guérison. Votre blessure s’est consolidée, mais vous demeurez, hélas, inapte à reprendre votre travail ? La CPAM établira votre taux d’incapacité permanente et vous versera des indemnités en conséquence (soit une indemnisation forfaitaire, soit une rente viagère) tout au long de votre existence.